Clamecy TV créée par Eric Le Seney  la web tv de Bourgogne qui parle du Haut Nivernais au monde entier www.clamecytv.com

 

   

EVENEMENT(S)...

LE CANAL S’OFFRE UN GUIDE ET S’OUVRE SES ÉCLUSES

Le 13 mars, au Musée de Clamecy, Jerôme Denoix et son équipe de la Maison Hachette ont présentés un guide très attendu dont on espère beaucoup : «Canal du Nivernais Le Routard». Un évènement qui s’est déroulé en présence de Anne Jérusalem du Département de l’Yonne, Sylvie Martin représentante de la Présidente de Région Marie-Guite Dufay,  Jean-Louis Lebeau et Yves Vecten co-présidents du Syndicat Mixte du Canal du Nivernais, Bertrand Specq de Voies Navigables de France, Michel Robquin sous-préfet de Clamecy et Alain Lassus Président du Conseil Départemental de la Nièvre.

SORTIE DU ROUTARD !

Le 29 mars, au Pont Paul Bert d’Auxerre, la traditionnelle parade de l'ouverture du Canal du Nivernais à la navigation a attiré une quinzaine d'embarcations pavoisées dont la barge de VNF, la vedette de sauvetage Joannes Noemi, bateau mémoire des Sauveteurs en Mer, la Belle Entente et la gigantesque "péniche café-thêatre" Ysaline qui va accueillir La Scène des Quais, un lieu culturel innovant et prometteur de 380 tonnes dirigé par Mathilde Pelen !

Un reportage de Françoise Godart.

ON PAVOISE À LA PARADE

A l'occasion de la sortie du "Guide du Routard : le canal du Nivernais " et de l’ouverture à la navigation pour la saison prochaine, Clamecy TV vous propose deux visions de La Collancelle, l’un des lieux les plus magiques du Canal du Nivernais. D’abord, dans la vidéo de gauche, une sorte de rêve éveillé avec la remontée des voûtes par le train de bois de Flotescale à l’occasion de la fête nautique Baye en fêtes. Détail secondaire mais juste pour le respect de l'histoire et des historiens, il n'y a jamais eu de train de bois sur cette portion du canal et surtout pas naviguant dans ce sens là. Ils allaient plutôt vers Paris ! Et puis, dans la vidéo de droite, une autree vision de La Collancelle, dans laquelle on suit l'Art du Temps, le bateau promenade de Aquafluvial, de l'étang de Baye à port-Brûlé en passant par la petite amazonie et en dégustant un excellent crémant de chez Bailly Lapierre ! Allez-y de notre part, vous ne serez pas déçu

UN TRAIN DE BOIS DANS LA BRUME

EN SUIVANT L’ART DU TEMPS

Retrouvez                sur

DEUX VISIONS DE LA COLLANCELLE

Cette vidéo a servi de bande annonce à la vidéo de 26 minutes «L’oiseau du voyage» que Sewels Production a produit et que l’équipe de Clamecy TV a conçue et réalisée pour l’Agence Touristique de la Nièvre, l’Agence Touristique de l’Yonne et Bourgogne Tourisme. Pour en (sa)voir plus sur le Canal du Nivernais retrouvez deux films réalisés par Eric Le Seney. Le premier, un documentaire de 26 minutes se trouve sur la page de l’émission de France 3 «Pourquoi chercher plus loin ?» et le deuxième, à vocation promotionnelle, est disponible sur la chaîne Youtube de Nièvre Tourisme.


http://www.pourquoichercherplusloin.fr/episode/le-canal-du-nivernais-dune-rive-a-lautre/

https://www.youtube.com/watch?v=FGdMyGnOR8g

LE CANAL DU NIVERNAIS EN 7 MINUTES

De tous temps, les hommes ont construit leurs destins au fil de l'eau, choisissant des estuaires, des méandres, des lacs ou des criques pour y installer leurs habitats et y mener leurs commerces. Si sur les côtes maritimes et sur les grands axes fluviaux, souvent accompagnés de canaux latéraux, ce principe est encore identifiable et toujours vital, l'ancestrale association entre les hommes et leurs rivières a perdu, au coeur des terroirs, une grande part de son prestige. Loin de la mission de transport industriel qu'on leur destinait au départ, c'est aujourd'hui le tourisme, alimenté par la culture, la mémoire et l'histoire qui est en train de sauver les canaux de la désuétude. Le canal du nivernais a, dans ce contexte, une grande chance, puisqu'il est, aujourd'hui et pour l'avenir, considéré comme l'un des enjeux économiques majeurs d'un territoire (le centre Nièvre et le sud de l'Yonne), qui en a vraiment besoin.

Parmi les nombreux canaux d'Europe, il est l'un des seuls à proposer une navigation alternant des secteurs aménagés par l'homme ponctués d'écluses et des zones sauvages puisqu'il rejoint parfois le lit de l'Yonne, affluent de la Seine. Niché aux contreforts ouest du massif du Morvan, de Decize à Auxerre et sur 174 kilomètres qui l'amènent de la Loire à la Seine, ce serpent fluide, magnifique vu du ciel, trace son linéaire comme une évidence, jusqu'à paraître naturel alors qu'il a fallu des siècles pour achever sa construction ! Son projet, né sous Henri IV, ne se concrétise qu'à la veille de la Révolution pour s'achever en 1841 et ne remplir sa fonction de voie commerciale que pendant un demi-siècle.


Les travaux commencent en 1784 et en mai 1786, Bossuet et Condorcet de l’Académie des Sciences, en tournée d’inspection comprennent l’intérêt du projet et Louis XVI accorde 150.000 livres pour travaux faits et à faire. Après plusieurs arrêts et reprises des chantiers Louis XVIII, afin de résorber le chômage, affecte en 1822, la somme énorme de 8 millions de francs au Canal du Nivernais. Côté Seine, l’alimentation en eau est assurée par la rigole d’Yonne, elle-même alimentée par le lac de Pannecière.


Cette rigole d'Yonne suit la ligne de partage des eaux, emprunte l’aqueduc de Montreuillon et se déverse dans le canal au niveau de Port-Brûlé sur la commune de La Collancelle. Pour que le canal puisse franchir la montagne, on a creusé trois tunnels : La Collancelle (758 m), Mouas (268m) et Breuilles (212m) entrecoupés de tranchées non couvertes. Philippe Fougerolle (1806-1883), maçon de la Creuse, participe aux travaux et fonde, en 1844, grâce à leurs bonnes fins, une entreprise devenue Eiffage, groupe bâtisseur mondialement connu. Ce groupe exploite encore aujourd'hui les carrières de porphyre de Picampoix qui longent le canal et alimentent en ballast les lignes de chemin de fer comme celles du TGV. Au fil des travaux d'aménagement du "nivernais" les ingénieurs qui eurent à intervenir dans sa construction et son évolution ont été les dignes héritiers de Charles Leconte, ce génial inventeur des trains de bois du Morvan qui permirent à Paris de se chauffer pendant plus de 3 siècles. Charles Poirée, invente ainsi en 1834, au pied des roches de Basseville près de Clamecy, un système de barrage à aiguille dont le principe fut repris dans toute l'Europe. Autre vestige de l'activité économique créée par les rivières, le Toueur Ampère V dont le centre d'observation a été placé symboliquement au kilomètre zéro du canal à Saint-Léger-des-Vignes. 


Ouvert en 1843 pour alimenter Paris en bois de chauffage, le canal du nivernais enregistre, dans les années 1965-1970, une baisse quasi-totale de son trafic commercial et l'on envisage de le fermer. Pierre Zivy, un anglais passionné des voies d'eau, navigue alors sur le canal laissé complètement à l'abandon et envahi par la végétation. Séduit par les ouvrages d'art et la beauté des paysages rencontrés et convaincu du succès futur du tourisme fluvial qu'il a connu en Angleterre, Zivy convainc François Mitterrand, Président du Conseil Général de la Nièvre, de l'aider à sauver le canal. Il ouvre une société de location de bateaux, la Sainte Line Cruiser et lance la plaisance fluviale en France. Les bateaux de commerce laissent alors la place aux embarcations de loisirs de toutes nationalités. Aujourd'hui, le "Nivernais" 2ème canal le plus fréquenté en France, enregistre 20 000 passages d'écluses chaque saison.


Si le rail et la route ont pris de longue date le pas sur la navigation, les cours d'eau n'en gardent pas moins une fabuleuse faculté à refléter les mémoires de ceux qui ont vécu dans leurs décors, qui ont participé à leur essor et à leur prospérité. Chaque rivière a son âme, ses amants et ses diamants, ses anecdotes et ses célébrités, ses légendes et ses récits. Chaque voie d'eau voit naître des hommes qui s'en imprègnent et deviennent plus tard ses ambassadeurs.


Les progrès exponentiels de la plaisance fluviale qui offrent aux visiteurs le luxe de vivre au ralenti sur les nombreux canaux qui sillonnent l'Europe en sont une preuve vivante. Parmi toutes ces voies navigables, le canal du nivernais fait figure d'exemple emblématique du lien entre l'humain et l'eau. Les instances du tourisme bourguignon ne s'y trompent pas et se servent de lui comme d'un laboratoire d'idées, en lui offrant des moyens de communication innovants et en surveillant le retour de ces expériences pour les adapter à d'autres canaux régionaux, voire nationaux.

Sur le "nivernais", tout (riverain, éclusier, cycliste, plaisancier, pêcheur et même héron...) vit à 5 kilomètres heure et, de fait, s'identifie, se salue, se sourit. Au coeur de l'activité frénétique de "l'homo technologicus", il fait la proposition d'une halte peu commune qui régénère et réconcilie, au passage, avec ses congénères.

Naviguer sur ce cordon étroit semblant constamment relier passé et présent, c'est retrouver la lenteur, prendre le temps de la rencontre. Et dans cette dimension, tout devient possible. L'éclusier que vous ne verriez pas s'il était serveur d'essence dans une station service, devient un indien vivant dans une drôle de maison au milieu de nulle part. Une maîtresse femme vous raconte son histoire d'amour avec sa maison éclusière. Un loueur de bateau vous explique qu'il fait le plus beau métier du monde. Une plaisancière devenu fan des écluses vous explique comment marche un barrage à aiguille. Un auteur vous dévoile comment son commissaire Merle va dénouer l'énigme d'un meurtre fluvial, etc... C'est ça l'esprit de ce canal là. Des vraies choses, des vraies gens, de vraies gueules et de vraies histoires qui composent la rive d'aujourd'hui, complément logique et fondamental de la rive d'hier.

                                                                                            

                                                                                             Texte de Eric Le Seney

                                                                                              Reproduction interdite sans autorisation

LE NIVERNAIS... CANAL HISTORIQUE !